lundi 30 janvier 2017

La confrérie de la dague noire - tome 1 // J.R. Ward

Je n'ai pas l'habitude de lire de la bit-lit, je crois même que c'est un des premiers roman du genre que je lis. Mais je ne sais pas pourquoi, en ce début d'année j'ai eu envie de me lancer dans une saga un peu addictive que je pourrais lire quand j'ai envie d'une lecture plus légère. Attention, je ne dénigre pas du tout la bit-lit et je sais que certaines personnes adore ça, c'est juste que ce n'est pas le style de lecture vers lequel je me tourne généralement, mais il n'y a pas de mal à sortir des sentiers battus.



Titre : L'amant ténébreux 
Saga : La confrérie de la dague noire
Auteur : J.R. Ward
Page : 576 
Editeur : Milady 
Langue : français 





Dans ce premier tome on va suivre l'aventure de Beth et Kolher. Beth est une demie-humaine qui ne connaît rien au monde des vampires. Elle a été abandonné par ses parents lorsqu'elle était toute petite et elle connait donc pas l'identité de son papa, un vampire faisant parti de la Confrérie de la dague noire, dirigée par Kolher. Elle n'aura pas la chance de connaître son père, car celui-ci va être assassiné au début du roman ce qui va provoquer la rencontre entre Beth et Kolher. 
J'ai passé un très bon moment en la compagnie de ces deux personnages principaux, mais aussi des personnages secondaires qui sont tout aussi intéressants. L'histoire est assez habituelle pour un livre du genre, mais j'ai bien aimé les points de vus alternés entre Beth et Kolher tout au long du roman. J'ai l'habitude de n'avoir que le point de vue féminin dans une romance, j'ai donc apprécié de pouvoir découvrir ce qui se passe du côté de Kolher. Les scènes de sexe sont présentes, mais ne sont pas too much. J'ai eu des lectures avec des scènes de sexes toutes les trois pages, sache que dans ce roman là, ce n'est pas le cas (et pour moi c'est positif !). Les personnages sont parfois un peu gniagnian, mais c'est un peu la marque de fabrication de la bit-lit. Il y a quelques passages qui m'ont dérangés vis à vis de l'image de la femme, mais je n'ai pas soufflé toutes les deux pages comme dans After ou dans 50 shades si tu vois ce que je veux dire. 
Je ne vais pas te dire que ce roman va me marquer jusqu'à la fin de ma vie, mais j'ai passé un agréable moment en compagnie des personnages et je continuerai cette saga avec grand plaisir. De plus ce que je trouve intéressant c'est l'on va découvrir les autres membres de la Confrérie de la dague noire au fil des tomes, ce que je trouve plutôt intelligent, car cela permet de donner plus de substance à l'univers créé par l'auteur. 

Résumé de ma lecture en trois mots : romance, détente, vampire 

dimanche 29 janvier 2017

Les belles vies // Benoît Minville

J'ai continué mon mois de janvier avec mon auteur chouchou : Benoît Minville. C'est un auteur que j'a découvert il y a plusieurs années avec son premier roman Je suis sa fille. J'ai pris une claque monumentale dans la gueule ! Je ne sais pas si tu te souviens, mais j'en avais parlé dans un cet article. C'est donc les yeux fermés que je me suis plongée dans ce roman, avec pour but de passer un bon moment.




Titre : Les belles vies 
Auteur : Benoît Minville
Pagination : 240 
Editeur : Sarbacane éditions 
Langue : français 






Mon avis : Les belles vies, c'est l'histoire d'un été en compagnie de Vasco et Djib. Ce sont deux ados de la banlieue parisienne, que j'avais déjà rencontrés dans Je suis sa fille. Me plonger dans la lecture de ce roman, c'est comme retrouver des vieux potes que j'avais pas vu depuis longtemps. 
Les deux meilleurs potes se retrouvent obligé de passer l'été dans le trou du cul du monde parce qu'ils ont fait la connerie de trop et que leurs parents sont à bout de nerf. C'est pas des mauvais gars, mais ça tu t'en rendra compte rapidement, c'est juste qu'ils ont le sang un peu trop chaud et qu'ils ont tendance à répondre avec les poings au lieu des mots (enfin surtout Vasco). Adieu les vacances en famille et bienvenue à la campagne en compagnie de Tata et Tonton une famille d’accueil un peu atypique. Vasco et Djib sont catapultés dans une espèce de colonie de vacances avec des enfants et des ados abîmés de la vie à la sauce "la banlieue découvre la campagne" et c'est assez drôle à lire. On y découvre des personnages haut en couleurs qui essayent de vivre ensemble. Au début c'est un peu casse gueule, et puis au fur et à mesure tout se met en place et c'est juste agréable à lire. Ce que j'ai aimé, c'est que c'est une histoire sans prétention, qui reflète bien le questionnement des adolescents. Benoît sait faire parler les jeunes et sait mettre en valeur ces petits riens qui sont finalement tellement à cet période de la vie. Ils sont pleins de sentiments que ce soit bons et mauvais, ils grandissent ensemble et ils apprennent ensemble et c'est ça la force de ce récit. J'aime le vocabulaire de Benoît, j'aime la façon dont il écrit, c'est simple et brut à la fois. 
J'ai eu un petit coup de coeur pour Chloé, la hippie un peu garçon manqué, pleine de créativité et de mystère. Une partie de moi s'est retrouvée en elle, et j'ai eu le cœur serré quand on découvre son secret. J'ai eu envie de lui dire "t'inquiète ma grande, ça va aller, respire et tu verras, ça ira mieux". 
C'est une lecture doudou, j'ai passé un très bon moment en compagnie de tous les personnages et j'aurais bien passé quelques semaines de plus en leur compagnie.


"Leur échange de regards est un hymne,
celui qui emmène la vie où elle devrait être,
contre vent et marées"



Résumé de ma lecture en trois mots : simplicité, adolescence, partage 

mercredi 4 janvier 2017

Harry Potter et l'enfant maudit // Avec spoilers

J'attaque ce premier article par ma première lecture de l'année : Harry Potter et l'enfant maudit. J'ai ce roman en ma possession depuis sa sortie, mais je n'avais pas envie de me plonger dedans directement. J'ai donc gardé ce "huitième" tome pour la période de Noël, une sorte de cadeau de moi pour moi.
 



Titre : Harry Potter et l'enfant maudit 
Auteur : J.K Rowling, J Thorne & J Tiffany 
Pagination : 352 
Editeur : Gallimard Jeunesse 
Langue : français 





Mon avis : J'étais très curieuse face à ce nouvel opus, mais j'étais en même temps partagée avec un sentiment de joie. L'idée de retrouver les personnages de mon enfance, même si c'était 18 ans plus tard me faisait sautiller d'impatience, mais une partie de moi était aussi assez septique vis à vis du format de cette histoire. Est-ce que la pièce de théâtre allait me procurer les mêmes émotions que les romans ? 
Eh bah, ce n'est clairement pas le coup coeur, je pencherai même pour une belle déception. La magie n'a pas du tout fonctionné pour moi, je regrette presque d'avoir lu cette pièce que je ne trouve pas du tout utile (même si je sais que ce n'est pas vraiment une suite), j'ose même dire que cela m'a un peu gâché les souvenirs que j'avais de cette saga. 
J'ai eu l'impression de lire une histoire réchauffée et pas du tout originale. Je ne me suis pas du tout attachée aux personnages principaux que j'ai trouvé assez plat et très immatures. Mais ce qui m'a vraiment déplu c'est la trame même de la pièce, je ne comprend vraiment pas ce qui est passé par la tête du fils (je parle d'Albus, parce que si tu as envie d'avoir des infos sur ses deux autres enfants tu peux oublier, il n'est question que du petit dernier) d'Harry Potter pour avoir l'envie de sauver Cédric Diggory (quel est le fuck ?!). Cette quête est amené de manière un peu maladroite ce qui lui hôte toute crédibilité. J'ai aussi trouvé ça un peu facile que le fils de Harry Potter soit le vilain petit canard de chez Serpentard ami avec le fils du pire ennemi de son père (ça va t'arrive à suivre ?) afin de combattre la fille cachée de Lord Voldemort... Les deux personnages forme un duo qui aurait pu être intéressant si cela ne débordais pas de niaiserie et de faux bons sentiments. 
J'ai soufflé plusieurs fois pendant ma lecture, et j'ai même parfois stoppé celle-ci parce que je m'ennuyais beaucoup et que j'avais du mal à concentrer sur le récit en lui même. 
Le seul (oui, je sais, je suis un peu dure) point positif pour moi est le format. Bien que la lecture n'ai pas été convaincante de mon point de vue, je pense malgré tout que la pièce doit être très agréable à voir et beaucoup plus intéressante. Il y a de nombreux décors et beaucoup d'effets que j'aurais aimé voir mis en scène, mais cela ne va pas plus loin. 

Résumé de ma lecture en trois mots : plat, cliché, intrigant

Le retour // 2017

Après plus de deux ans d'absence je décide de reprendre en main ce blog que j'essayais tant bien que mal d'actualiser pendant mes études. Puis, par la suite j'ai complètement laissé tombé car j'avais pleins d'autres choses à faire et que je ne trouvais plus de réel intérêt à publier des articles sur ce blog. Mais, maintenant que je suis un peu plus posée dans ma vie et dans ma tête, j'ai envie de reprendre cet espace et de continuer à partager avec toi, comme avant.

Il n'y aura pas de pression concernant les dates de publication des articles, pas d'objectif de lecture pour l'année, juste l'envie de partager avec toi mes lectures à la cool, comme au bon vieux temps. Je compte bien aussi papoter d'autres sujets qui me tiennent à cœur, mais on verra avec le temps pour ça.

J'ai décidé de laisser mes anciens articles concernant mes lectures et mes humeurs, ça fait des souvenirs et ça te donne un petit historique de mes anciens avis sur mes lectures.

Si tu es déjà passé par ici, je te souhaite un bon retour, et si tu es nouveau je te souhaite la bienvenue et j'espère que ce petit espace te plaira. N'hésite pas à me poser des questions et à commenter, je serais ravie d'échanger avec toi.