samedi 14 décembre 2013

Mes lectures // "Chroniques"

J'ai eu envie de partager mes lectures, parce que cette année j'ai décidé que j'avais envie de lire pleins de choses et qu'en plus j'avais "le droit". Le droit ? Je m'explique, depuis cette année je fais mes études dans le domaine du livre, j'estime plus "légitime" de passer pas mal de temps à lire, quand j'étais à la fac, j'avais l'impression que le temps que je passais à lire c'était du temps que je perdais à ne pas travailler.

Depuis ma dernière chronique, j'ai donc lu 6 livres dont je vais rapidement parler et donner mon avis. Je ne prétend pas avoir la sainte parole hein, loin de là. J'ai juste envie de parler de livres et de partager mon avis.

- La cité des Ténèbres -
Cassandra Clare

J'ai décidé de lire ce livre quand j'ai entendu parlé de la sortie du film. J'avais vu la bande-annonce et cela semblait être le genre de roman que je serais susceptible de lire. J'ai souhaité lire le livre avant de voir le film et j'ai bien fait. J'ai trouvé le film bien nul et vraiment mal foutu, mais par contre les livres étaient vraiment chouettes. 

Le tome 5 n'a pas été encore traduit, c'est pour 2014 je pense.


Synopsis : " Clary n’en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et, détail terrifiant : le corps de la victime a disparu d’un seul coup ! 
Mais le pire reste à venir… Sa mère a été kidnappée par d’étranges créatures et l’appartement complètement dévasté. 
Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d’antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d’ombres… Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

J'étais plutôt contente à l'idée de commencer ce livre, j'avais lu pas mal d'avis assez positifs et l'histoire avait l'air plutôt sympa, même si je savais à quoi m'attendre : "des vampires, des loups garou..." j'étais presque sûre que peut-être ça allait tomber dans le cliché, mais j'avais besoin d'une lecture simple et divertissante. J'ai acheté le premier tome en epub et je l'ai tout de suite mis sur la liseuse (une kobo glo que j'adore, c'est vraiment génial pour les trajets en train, mais je lis toujours des livres sur papier, presque autant que j'en lis en epub, mais c'est un autre débat de parler du format epub VS livre papier...). Je me suis assez vite plongée dans l'histoire de Clary et je me suis tout de suite attachée à elle, elle est un peu naïve parfois, mais au fil des pages et des épreuves qu'elle vit elle évolue et prend sa place dans ce nouveau monde qu'elle découvre. Je ne parle pas de Jace qui est THE personnage, il est plein de sarcasme et d'humour et ça change de tous les stéréotypes de "héros" que l'on peut avoir dans ce genre de livre. 
J'ai donc été surprise dans le bon sens à la fin de ma lecture, les personnages principaux sont assez bien travaillés, l'histoire est, je trouve, bourré de référence à Harry Potter et aux Seigneur des Anneaux, c'est assez rassurant dans la lecture de pouvoir comparer à des choses que l'ont connait sans que ce soit pour autant "copié". 
La fin du premier tome m'a réellement donné envie de lire le deuxième et ainsi de suite, ce qui fait qu'en l'espace de deux semaines j'ai lu les quatre. Je trouve que l'histoire s'essouffle un peu au fil des tomes mais c'est toujours aussi facile et plaisant à lire, je pense que cela est du au fait que j'ai lu très vite et de manière assez intense ses 4 tomes, ce qui fait qu'à certain moment c'est un peu long, mais l'histoire est toujours diversifiée de manière à ce que le lecteur soit toujours surpris. 

- A pile ou face - 
Samantha Bailly

Après la lecture d'Oraisons, il fallait absolument que lise un autre roman de cette auteure découverte il y a peu de temps mais que j'affectionne beaucoup. J'ai eu la chance de la rencontrer au salon du livre et elle m'a dédicacée son ouvrage. J'étais vraiment très contente d'avoir pu partager un moment avec elle et d'échanger avec elle mon avis sur Oraisons



Synopsis : "Emma n'en croit pas ses yeux quand elle reçoit un mail de son frère Maxime.
Impossible ! Absolument impossible !
Les images du passé s'impriment sur sa rétine.
La voiture de Maxime. L'accident.
Les secours qui évacuent son corps sans vie.
Emma s'éloigne de l'ordinateur. S'approche à nouveau.
Ses doigts tremblent. Une pression de l'index.
Le message s'ouvre...

Et si soudain, vous pouviez prévoir l'avenir?"


C'est un livre qui se lit très vite avec une plume très agréable à lire, mais je dois avouer que je n'ai pas retrouver la même magie qu'avec Oraisons. Quand je parle de magie je veux dire que le roman ne m'a pas autant emporté que celui que j'avais lu avant. Il était très bien écrit, l'histoire était bien faite, pleines de référence à mes années lycées, mais je n'ai pas retrouvé ce " petit truc " qui fait que je n'ai plus envie de lâcher le livre. En même temps lorsque j'avais parlé avec Samantha elle m'avait dit que ce n'était pas du tout le même genre, que c'était un Thriller, mais j'avais quand même envie de tenter l'expérience. L'histoire est assez prenante tout de même et bien encré dans le réel. Il y a une réelle recherche dans l'écriture et la plume de Samantha est toujours très agréable à lire, mais je n'ai juste pas eu le coup de cœur. C'était agréable à lire, mais je n'ai pas plus accroché que ça. 
J'ai tout de même hâte de lire d'autres roman de cette auteure, elle a une manière de raconter les choses qui est vraiment intéressante et de plus elle est vraiment polyvalente dans son écriture, elle peut écrire du fantastique, du thriller, des contes pour les enfants... C'est un peu une magicienne de l'écriture ou un caméléon.

- Frangine -
Marion Brunet 

J'ai acheté ce livre sur les conseils de Benoît Minville que j'avais rencontré au salon du livre de Montreuil. J'ai entamé la lecture sans me poser de question, je me suis dit que si Benoît me l'avait conseillé en me disant qu'il était génial, il devait avoir raison ! 



Synopsis : "Il faut que je vous dise... J'aimerai annoncer que je suis le héros de cette histoires, mais ce serait faux. Je ne suis qu'un morceau du gâteau, même pas la cerise. Je suis un bout du tout, un quart de la famille. Laquelle est mon nid, mon univers depuis l'enfance, et mes racines, même coupées. Tandis que ma frangine découvrait le monde le cruel le normal et la guerre, ma mère et ma mère, chacune pour soi mais ensemble, vivaient de leur côté des heures délicates. C'est à moi que revient de conter nos quatre chemins. Comment comprendre, sinon ? "

Effectivement, Benoît avait raison ce livre était un petit bijoux. Une lecture pas toujours facile, parce que Pauline elle s'en prend plein la gueule et que peut-être qu'elle, elle encaisse, mais moi parfois j'avais envie de fermer mon livre et de me mettre en boule ou de frapper contre un mur tellement certains passage me rendait folle. 
C'est une belle histoire d'amour entre frère et sœur, tout ce dont j'avais besoin, c'est pas toujours facile, il y a des hauts et des bas, mais c'était de l'amour, du vrai à l'état brut comme avec mon propre frère. 
Et puis aborder l’homoparentalité de cette manière c'était génial, j'ai des amis gays mais il est vrai que je ne m'imaginait vraiment pas tout ce qu'il pourrait traverser vis à vis du regard des autres, de la vie, des enfants. Je savais que ce n'était pas facile, mais le voir écrire comme ça et voir ce que peut subir parfois la petite Pauline sans rien dire ça m'a fait beaucoup de mal, et j'ai eu envie de me révolter contre ces personnes qui sont vraiment fermées d'esprits, pleins de stéréotypes, qui ne cherchent pas à comprendre...
Ce roman c'est une leçon de vie qu'on devrait tous apprendre, c'est un vrai coup de cœur pour moi. 

Je serais curieuse de lire ton avis sur les livres que j'ai lu, n'hésite pas à commenter ! 



vendredi 29 novembre 2013

Salon du livre jeunesse // Rencontre d'auteurs

J'ai eu la chance de pouvoir me changer les idées, - enfin on peut dire ça comme ça parce qu'en fait c'était pas du tout dans le but de me changer les idées mais ça y a contribué, bref - en allant au salon du livre jeunesse de Montreuil. C'était une grande première pour moi d'aller dans ce genre d’événements j'ai entendu parlé de nombreuses fois du salon du livre qui se déroule à Porte de Versailles, mais pour des raisons que je n'ai pas envie d'expliquer, car futiles, j'évite de mettre les pieds dans ce quartier et je n'y suis donc jamais allée. Cette année je comptais bien me rattraper faisant maintenant des études dans le domaine, il fallait que je me fasse violence. A l'annonce du salon du livre de Montreuil j'étais excitée sans l'être : j'allais enfin découvrir à quoi un salon du livre pouvait ressembler et je devais me vendre à tout prix pour trouver une alternance.

En ce qui concerne le "me vendre à tout prix", j'ai tout donné bien que je n'avais aucune envie d'aller supplier des maisons d'éditions de me prendre, mais je l'ai fais.J'ai vraiment essayé de leur montrer qui j'étais, mais soit je tombais sur une maison si petite qu'il était impossible pour eux de prendre des apprentis ou ils avaient déjà recrutés leur stagiaires/apprentis pour les années à venir... Cette partie n'a pas été concluante, mais je dois dire que j'ai compensée ma déception par les rencontres que j'ai pu faire à ce salon, ce qui m’amène à parler de ma découverte du salon de la jeunesse de Montreuil.

Tous les catalogues, flyers, des maisons d'éditons que j'ai récupéré
Première impression lorsque je suis arrivée dans le salon : OH MA GODEUH il y a tellement d'enfants que j'ai envie de rentrer chez moi. Ce n'est pas que je ne les aimes pas, c'est juste qu'il sont si bruyants et si brutaux que parfois j'ai juste envie de les jeter contre un mur. Je me dirige vers le vestiaire je pose ma parka (c'est un peu mon mot du moment "parka" je trouve que c'est cool) au vestiaire, je fais tomber deux enfants qui ont rebondis sur moi en se courant après, je passe au toilette et je suis partie pour une aventure. Je décide de commencer par le niveau 0, en passant je rencontre Heroysa qui elle rentrait, elle avait l'air épuisée, en même temps avec toute cette marmaille je ne pouvais que la comprendre. Je commence mon aventure par le stand Rageot ce sont les éditeurs de Pierre Bottero, un de mes auteurs préférés, et de Samantha Bailly une jeune auteure dont j'avais parlé un peu plus bas dans mon blog après la lecture d'Oraisons. Je discute avec une éditrice du dernier roman de Samantha qu'elle me conseille et je parle un peu de Bottero et je vois qu'il y a une nouvelle saga, A comme Association, qui est sortie dont je ne ne connaissait pas le nom. Elle m'explique qu'il avait commencé à l'écrire avant sa mort et qu'après c'est Erik L'homme qui a continué à l'écrire seul. L'histoire ne m'a pas réellement donné envie mais je pense que si j'avais eu encore 15 ans je l'aurai tout de suite acheté ! Après ces échanges je décide de faire un peu le tour des autres stands, mais c'était une vrai torture, les enfants hurlaient, je n'arrivais pas à me concentrer, les éditeurs/libraires étaient fous, il m'était impossible de leur parler de mon apprentissage. Deux heures plus tard, je sors pour prendre l'air et je décide de revenir plus sereine le soir pour le vernissage du salon.

De retour à 18h30, je re-rentre dans le salon, et là encore une fois ce n'était pas du tout ce à quoi je m'attendais. D'une je ne m'attendais pas à ce que le vernissage se fasse à l'intérieur du salon et de deux je ne m'attendais pas à voir autant de monde, je voyais un truc beaucoup plus intimiste. J'ai du passer 20 minutes à chercher le vestiaire, j'ai perdu mes camarades de classe avec qui j'étais venu et je me suis baladé en me rendant compte que ce n'étais pas non plus à cette soirée que j'allais pouvoir me faire des contacts. J'ai trouvée cette soirée très fermée aux "nouveaux" dans le monde de l'édition, tout le monde discutait dans son coin sans faire attention à toi. Je crois que je me suis rendu compte ce soir là à quel point le monde de l'édition était un monde fermé. J'allais partir quand j'ai trouvée le stand des éditions Sarbacane et que j'ai vu Benoît Minville (l'auteur de Je suis sa fille, dont j'ai aussi parlé plus bas dans mes articles) avec qui j'avais eu plusieurs échanges mais que je n'avais jamais rencontré encore. Après plusieurs minutes à regarder les livres de la maison, et a chercher du courage pour lui parler (oui je l'avoue, j'étais terrifiée un peu), il lève le regard vers moi et je lui fais un petit "coucou" (oui le geste, oui j'ai eu honte), et là tout devient naturel. On se fait la bise, on commence à discuter de tout et de rien, de son livre, de ce que j'en ai passé, de la vie en générale. J'ai du mal à parler de cette rencontre parce que c'était la première fois pour moi que je rencontrais un auteur et qu'il était "accessible". Je suis peut être naïve, mais j'ai eu l'impression que c'était vrai que nos échanges étaient plus que "j'ai aimé ton roman", que c'était comme un pote que j'avais pas vu depuis un moment avec qui je parlais des dernières années. J'ai vraiment découvert une personne intéressante et c'était juste agréable de pouvoir passer un bout de soirée avec quelqu'un d'intéressant, de pouvoir échanger des idées, de pouvoir parler de ce qui m'arrive en ce moment et mine de rien ça m'a été d'une grande aide. C'était un réel coup de cœur pour moi et je pense que c'est le souvenir que je garderai du salon du livre : avoir passée la soirée dans un stand ou je me suis réellement sentie chez moi, où les gens étaient accueillant et d'avoir pu échanger avec une personne chouette.
Mes achats : A pile ou face - Samantha Bailly / Dora - Minaverry / Frangine - Marion Brunet
J'ai décidée à 21h30 de laisser Benoît tranquille et de rentrer chez moi. Après avoir récupéré mes affaires je repasse devant le stand Rageot et je décide de m'offrir le dernier livre de dernier livre de Samantha et au moment de payer, l'éditrice se souvenant de la conversation que nous avions eu quelques heures plus tôt me demande si je veux dire deux ou trois mots à Samantha Bailly, j'accepte bien évidement. Me revoilà à parler avec une auteure dont j'ai adorée le dernier roman, elle me propose de dédicacer mon exemplaire, j'accepte. Nous échangeons sur une amie que nous avons en commun et je lui demande si elle arrive à vivre avec son statut d'auteure, elle me répond que ce n'est pas facile, mais que le jeu en vaut la chandelle. Je me lance et lui dit que j'ai adoré Oraisons, que j'ai hâte de lire la suite de ce monde merveilleux et je lui confesse que depuis Pierre Bottero je n'avais pas réussie à retrouver cette fièvre de la lecture, mais que ça c'était avant de lire Oraisons. Elle était émue et moi j'étais heureuse parce que ce n'était qu'un juste retour de ce que j'avais pu ressentir en lisant son livre.

Après toutes ces aventures je suis rentrée chez moi, j'étais sur un petit nuage, j'avais passée une vraie bonne soirée, j'avais rencontré des gens vraiment intéressants, j'étais boosté pour le lendemain et j'étais motivée pour donner mes CV. Avec du recul je m'en fous presque que l'alternance n'ai pas marché, parce que j'aurais fais de belles rencontres.

Le lendemain je suis revenu au salon beaucoup plus tôt dans l'espoir de pouvoir discuter avec les éditeurs et c'est ce que j'ai fais. J'ai pas hésité à leur expliquer qui j'étais et ce que je recherchais. Beaucoup d'entre eux n'ont même pas cherchés à comprendre et m'ont dis non et certains ont été sympa. Ce que je retiens le plus c'est cette nana des éditions l'Agrume qui m'a offert un livre après qu'on ai eu une chouette discussion. J'étais réellement flattée et émue qu'elle m'offre une de leur BD alors que leur maison était encore toute jeune et qu'il n'en vivaient pas encore.

Ce sont ces gens qui sont vrais qui m'ont touchés pendant ce salon, c'est ce que je retiens de ces deux jours. Ce ne sont pas les refus, les enfants turbulents, ce sont ces gens, ces vrais personnes qui te donne sans compter. Et pour ça je leur en suis vraiment reconnaissante. 

mercredi 23 octobre 2013

Lectures // Mes habitudes

Depuis un moment je voulais faire un article sur mes dernières lectures, et plus généralement mes habitudes de lecture. Ces derniers temps j'ai pris pas mal de temps pour lire, je crois que je culpabilise beaucoup moins de lire depuis que je suis rentrée dans un BTS ou le point central est le livre en lui-même. Il est vrai aussi que depuis que j'ai ma Kobo je suis beaucoup moins réticente à l'idée de lire dans le métro, c'est léger pratique, je peux avoir plein de livres sur moi. C'est le bonheur quoi !

J'ai aussi prit l'habitude pendant mes lecture d'assimiler une musique au livre que je suis entrain de lire. Beaucoup pendant leurs lectures n'arrivent pas à lire parce qu'ils n'arrivent pas à bien se concentrer sur l'histoire. Moi c'est un peu pareil, je ne pourrais pas écouter des musiques que je connais par coeur parce que ça me donnerai vraiment envie de chanter, mais par contre j'adore me mettre un album ou la plupart du temps une chanson que je me passe en boucle pendant toute la lecture de mon livre. J'adore faire ça parce que quand je ré-écoute certaines chansons je me souviens de mes lectures. Par exemple :
- I don't want to miss a thing d'Aerosmith, ça me rappelle les 6 tomes d'Ewilan de Pierre Bottero. Je les aient tous lu avec cette musique, et quand je l'écoute je me rappelle des aventures de Salim, d'Ewilan, d'Elana... J'adore cette sensation, ça me donne des frissons.
- Skinny love de Bon Iver je l'ai écoutée en boucle pour les 3 tomes des aventures d'Elana la marchombre de Pierre Bottero. La voix  de Bon Iver me faisait vibrer. Elle avait de la force et énormément de sensibilité, et je crois que je pourrais décrire le personnage l'héroïne de ces livres avec cette musique.
N'ayant pas d'autres exemples en tête, je vous laisse avec mes deux séries de livres fétiches, si vous aimez la fantaisy et que vous n'avez jamais lu de Pierre Bottero je vous le conseille vraiment, cet auteur est génial. J'ai été horriblement triste d'apprendre sa mort il y a quelques années.

Bref après cette assez grosse parenthèse sur mes habitudes de lecture je voulais vous en dire plus sur mes dernières lecture. Au mois de Septembre j'ai eu envie de me remettre à lire, et je suis un peu difficile niveau lecture, il y a peu de chose qui me plaisent vraiment, mais quand je suis dans un livre j'ai beaucoup de mal à m'en détacher à tel point que je me coupe presque du monde.

J'ai donc commencée le mois avec Oraisons une histoire en deux tomes d'une jeune auteure : Samantha Bailly


Résumé : "En Hélderion, la mort peut rapporter beaucoup… surtout à la famille Manérian, qui procède aux oraisons, les rites funéraires du royaume. Mais la réalité de la mort les frappe de plein fouet lorsqu’on retrouve le corps de leur plus jeune fille dans une ruelle sordide.
Tout désigne les clans, ces dangereux rebelles qui s’opposent à Hélderion. Aileen, prête à tout pour venger sa cadette, se lance dans une enquête qui la mettra à rude épreuve.
Noony, leur soeur aînée, se retrouve quant à elle aux premières loges de l’entrée en guerre de son pays contre le continent voisin. Mais elle est bien décidée à s’opposer à ce conflit qui pourrait tourner en véritable massacre.
Prises dans des intrigues dont les enjeux les dépassent, les deux soeurs devront affronter le système qui les a forgées."

J'ai eu beaucoup de mal à me mettre dans l'histoire. Au début j'avais vraiment beaucoup de mal à faire le lien entre les différentes histoire qui se déroulaient au fil des pages, puis au fur et à mesure j'ai commencé à ressembler certains pièce du puzzle et c'était parti. Je me prenais d'affection pour Aileen ce personnage magnifiquement développé, qui vit une histoire assez hors du commun qui essaye d'évoluer dans un monde qu'elle ne connait pas.
Noony elle se retrouve face à une vérité qu'elle ne veut pas entendre. Sa relation avec Alexian est vraiment belle, elle n'a de cesse de se développer et on est jamais au bout de ses surprise. Lorsque j'ai fini le premier tome j'ai tout de suite le deuxième tome pour ma Kobo et je l'ai dévorée. C'est une de ces histoires que ne devrait pas avoir de fin, de celles qui pourrait continuer à jamais. Enfin pour moi c'était le cas, je me suis sentie vie quand j'ai finis le livre. J'avais envie que ça continue que l'histoire reprenne, j'aurais voulu en savoir encore plus sur les personnes continuer de les voir évoluer.

Pendant la lecture j'écoutais une compilation dont je ne me souviens plus le nom, mais ça se mariait parfaitement avec le livre.

J'ai enchaînée avec un livre que je ne comptais pas du tout acheter. A la base je me baladais à la Fnac de la Défense parce que j'avais un petit devoir à faire qui consistait à ça "expliquer pourquoi telle couverture vous plaît". Je suis tombée sur la couverture de Je suis sa fille de Benoît Minville et j'ai tout de suite accrochée : le titre, la photo de la fille, le vert. Après lecture de la 4ème de couverture, j'ai pas résisté et voilà que je repartait avec le livre.





Résumé : "C'est l'histoire de Joan, qui a été élevée par son père sur fond de hard rock et de westerns. C'est l'histoire du père de Joan, un visage de plus écrasé par le Grand Capital.
C'est l'histoire de Hugo, le meilleur ami de Joan, qui décide de l'accompagner pour quand elle hurle : Il faut que ça change !
Je veux que ça s'arrête !
On va tuer le Grand Patron !
Deux ados embarqués dans un road-trip ébouriffant, sur la N7 direction Nice...
Ils ne savent pas ce qui les attend. L'aventure. L'amour. Les rencontres.
Fuck la crise, vive la vie" 

Je ne sais pas comment parler ce livre, pour moi ça a été une grosse claque. J'ai adoré ce livre, mais en même temps il m'a déchirée le coeur. Ayant une relation un peu compliqué avec mon propre père lire un livre qui est une profonde déclaration d'amour d'une fille pour son père c'est un peu dur, parce que moi j'aimerai réellement m'identifier à Joan, mais je ne le peux pas. Quelque part ce roman c'était un peu mon côté masochiste qui voulait le lire parce que, au fond je savais que ce livre n'allait pas que me faire du bien. Mais ce qui m'a permis de relativiser c'est la relation entre Hugo et Joan, l'arrivée de Blanche, parce que au fond c'est juste magique ce qui se passe entre eux.
Je n'ai pas envie de parler plus de ce livre, c'est vraiment un livre qu'il faut lire pour pouvoir le comprendre. Je pense que chacun est en mesure de l’interpréter comme il le veut; pour moi ça a été une grosse décharge électrique. J'ai eu envie de l'envoyer par la poste à mon père, lui demander de se réveiller, mais je sais qu'au fond il n'aurait pas eu l'impact souhaité. Il l'aurait bien prit en se disant que je l'aimais et que j'étais son héros alors que c'est faux. Ce livre c'est tout ce qu'il n'a jamais été et tout ce que je j'aurais aimé qu'il soit. Parce pour moi, mon père c'était mon modèle sur terre,celui a qui je pouvais tout pardonner. Donc je garde ce livre précieusement près de moi, en vous laissant ce passage :

"Le grand clash. Notre première fois.
Je suis une furie. Exit la Joan tétanisée, introvertie et timide. Je lui au moins ça : je suis une super nova qui détruit tous les arguments qu'on voudrait lui opposer , le dissous comme un acide puissant. Je commence chaque phrase en criant : 
- Comment...
Et les termines toutes par une guillotine :
- ... trahie!
Hugo a beau être un débatteur hors pair, la tempête est trop forte. Je vais jusqu'à taper a coups de poings contre son torse d'ordinaire réconfortant.
- MA VIE ! TU CROIS QUE TU AS LE DROIT D'UTILISER MA VIE ?
Je mélange tout, tourbillon de fureur et de ressentiment. Amour, famille, ami, Hugo : je vous déteste tous, parce que PERSONNE ne peut comprendre. 
- Avec ta stupide faveur ! Comment j'ai pu croire que tu me prenais au sérieux ? Tu t'es bien foutu de moi. Joanny va faire sa petite crise, on va la calmer un peu... Tu me prend pour une gamine? Tu crois que je ne le ferais pas, hein ?!
Je suis invincible.Je suis l'arme lourde. Hugo encaisse  il serre les dents. Dans un flash de rage rouge, je réalise que je ne l'avais jamais vu comme ça. A pouvoir remarque la boule qui obstrue sa gorge".

Je vous laisse découvrir le reste, mais ce livre m'a tellement marqué que je pourrais le lire et encore le relire et le comprendre de manière différente.

vendredi 22 mars 2013

Cloud Atlas // Dernier film vu.

Je profite ces derniers temps d'aller au cinéma parce que c'est vraiment pas cher près de ma fac (4.50€ pour les moins de 26 ans) et que j'ai beaucoup de temps libre. 
Donc mercredi dernier je suis allée voir Cloud Atlas le jour de sa sortie. Pour tout vous dire j'avais juste vue l'affiche dans le métro en me disant " Ah l'affiche est belle, ce film va me faire rêver " - tout ce dont j'ai besoin en ce moment -, et j'ai lu le synonpsis sur Allo Ciné et je me suis dit "pourquoi pas, ça peut être pas mal ". 


Alors voici le synonpsis : 
" À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces temps, des êtres se croisent et se retrouvent d’une vie à l’autre, naissant et renaissant successivement… Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l’avenir lointain, un tueur devient un héros et un seul acte de générosité suffit à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à provoquer une révolution. Tout, absolument tout, est lié. " 
J'arrive au cinéma et je me prépare pour 2h45 de film, connaissant les réalisateurs (les même que ceux de Matrix), je m'attendais un peu à un film assez compliquer où il fallait que je m'accroche, de plus il y avait des histoires qui étaient entremêlées donc il fallait que je sois encore plus attentive. 
Le film démarre, je me plonge dedans et là je pars pour une aventures à travers le vie de plusieurs héros qui se retrouves de siècles en siècles et d'époques en époques jouant différents rôles. Je n'ai pas réellement vu le temps passé. Je ne me suis pas ennuyée, mais je ne vais pas vous dire que j'ai tout compris. 
Ce qui m'a plus dans ce film c'est que la photographie est magnifiques, les paysages sont vraiment beaux et magnifiquement bien fait. Je me suis accrochée à certains personnages et parfois c'était frustrant de changer si vite d'époque, parce que t'as envie de suivre l'évolution d'un personnage. J'ai vécu une expérience cinématographique ça s'est clair, les récits qui s'entrecoupe et s'entremêlent je ne pensais pas vraiment que ça aurait du sens. 



En bref, je suis ressortie de la salle de cinéma, j'étais chamboulée... Même si j'ai pas tout compris, j'ai réussi à me faire ma propre interprétation du film et j'irais volontiers le revoir, parce que je suis sûre que j'ai manqué pleins de choses. 

dimanche 17 mars 2013

My Mad Fat Diary // Série du Moment.

Je suis très sérievore, c'est quelque chose qu'il faut savoir. Je regarde pleins de séries - je confesse, je regarde beaucoup de séries de filles -, c'est un passe temps chez moi. Je préfère me regarder une bonne série plutôt qu'un film !
Ce que j'aime dans les séries c'est le fait qu'il y a une suite, une continuité ce qui peut avoir tendance à me frustrer avec les films... BREF.
J'ai découvert il y a un peu plus d'une semaine : My Mad Fat Diary en flânant sur un forum où j'ai l'habitude d'aller depuis plus d'un an.


My Mad Fat Diary se déroule dans les années 90 - retour aux sources tout ça, tout ça -, c'est l'histoire de Rae - aka Rachel - une ado de 16 ans qui vit dans une petite ville anglaise qui s'appelle Lincolnshire. Elle tien un journal intime où elle raconte tout ce qui lui passe par la tête, et elle essaye de se faire des amis. C'est ça en gros l'histoire, sauf que Rae c'est pas l'héroïne de série que t'as l'habitude de voir parce qu'elle est obèse et qu'elle n'est pas très jolie, mais elle est tellement attachante que c'est pas grave. Ce que j'aime dans cette série c'est que ça pourrait être vrai et que ça traite d'un sujet dont a du mal à parler, et puis c'est Anglais - oui c'est nul de dire ça, mais je voue un amour inconditionnel à l'accent Anglais -. C'est un peu un mélange avec Skins mais en beaucoup moins trash et encore une fois ça paraît beaucoup plus réaliste.
La première fois que j'ai regardé Rae essayer de trouver sa place dans Lincolnshire et être normale je suis littéralement tomber amoureuse de cette bande d'amis un peu imparfaite de ce personnage qui nous fait rire et qui en même temps des fois nous rappelle de mauvais souvenirs. Je suis instantanément tombée amoureuse d'Archie et j'ai eu de la haine pour Chloé, mais il y a une chose que je peux vous dire c'est qu'à la fin de l'épisode j'avais juste envie de voir la suite...
Je suis juste triste de savoir qu'il n'y aura que 6 épisodes par saison, je trouve ça vraiment court ! Mais je vous annonce déjà que la saison 2 est prévue et qu'elle sera tourné été ! J'ai hâte de voir la suite !

Je vous laisse quelques images sans trop vous en dire.





dimanche 3 mars 2013

Miettes de Clow // Présentation

MiettesdeClow c'est le pseudo que j'utilise depuis maintenant 10 ans sur la toile. Il est tiré d'un livre (étonnant hein) que j'ai lu très jeune et qui m'avait beaucoup touché : Miette de Lune de Nicky Singer. Ce livre m'a marqué à vie et c'est assez naturellement que j'ai adapté le titre de ce roman pour en faire mon pseudo. 

Pendant une grande partie de mon adolescence j'ai utilisé les blogs pour m'exprimer et diffuser mes photographies, j'ai toujours eu un espace où je pouvais m'exprimer librement et partager avec des inconnus. Mais, c'est aussi tout naturellement que j'ai laissé tomber tout cela quand je suis entrée à la fac, je n'ai plus ressentie le besoin d'être anonyme pour exprimer ce que je ressentais. 

Ce n'est que lorsque je suis entrée en BTS édition que j'ai eu envie de partager à nouveau, mais à propos d'un sujet précis : la littérature. J'ai ouvert ce blog lorsque j'avais 22 ans et que j'étais encore en étude, mais je n'avais pas beaucoup de temps pour l'actualiser entre mes devoirs et mon alternance. Je n'ai jamais vraiment cessé de lire, même si j'ai eu mes périodes de vide (comme tout le monde hein), mais je n'avais plus l'envie, ni le temps de continuer à partager sur cet espace. 

Ce qui m’amène à aujourd'hui, quatre ans plus tard, diplômée et en poste dans une maison d'édition parisienne. Je me suis lancée le défi en ce début d'année 2017 de faire revivre cet espace, de prendre le temps de donner mon avis sur mes lectures, mes découvertes et pourquoi pas parler de mon métier. J'aime lire des romans (en français et en anglais) young-adult, de la fantasy et du contemporain, mais il m'arrive aussi parfois de lire un peu de thriller, des romances & de la bit-lit... 

J'espère que cet espace te plaira et te donnera envie de lire.

A bientôt,
Chloé
ça c'est quand je m'énerve sur le clavier